Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JRCF

Conjurer la précarité par l'action collective

Conjurer la précarité par l'action collective

Selon une étude conjointe de Sophie Béroud, Camille Dupuy, Marcus Kahmann et Karel Yon, loin du désamour annoncé dans les médias, 49 % des jeunes (en-dessous de 30 ans) déclarent faire confiance aux syndicats, contre 39% pour leurs ainés. Ils continuent à croire majoritairement en l'action collective sur le lieu de travail. 

Pourtant, c'est seulement 5% des moins de 35 ans qui adhèrent à une organisation syndicale, contre 11,2% pour l'ensemble des salariés. Ce chiffre tombe à 2% pour les moins de 25 ans.   

Cette désaffiliation a pour origine la grande précarité de l'emploi. En effet, la part des jeunes en CDI a chuté de 30 points depuis les années 80, beaucoup se retrouvent avec des CDD, voire tombent sous le coup du capitalisme de plateforme et de son travail précaire façon Uber. On notera que les jeunes salariés du secteur associatif et marchand ont trois fois moins de chance d'être syndiqués que les jeunes salariés de la Fonction publique. Rajoutons à cela des syndicats mal vus ou inexistants dans ce genre d'emploi et nous comprenons parfaitement cette désaffiliation.

La peur de perdre le peu qu'ils ont n'amène pas à la syndicalisation, mais comme nous l'ensiegne la grève actuelle des livreurs Deliveroo, dont une majorité à moins de 30 ans, c'est qu'il est toujours possible de s'organiser collectivement pour revendiquer ses droits à vivre décemment face à un patron voyou. 

 

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/la-precarite-du-travail-eloigne-les-jeunes-de-lengagement-syndical-1123009

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article