Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
JRCF

Coup d’Etat au Honduras

       

        Le jeudi 24 juin 2009, l’alliance des pays progressistes latinos-américains, l’ALBA (Alternative bolivarienne pour les Amériques), s’est réunie à l’occasion de l’entrée officielle de l’Équateur de Rafael Correa, portant à 9 le nombre de membres de l’alliance.


Le même soir, le chef de l’armée de terre du Honduras, pays-membre de l’ALBA, défie le gouvernement de son pays et son président, Manuel Zelaya en le menaçant d’un putsch militaire, soutenu par l’ensemble des forces de droite, les dirigeants de l’église catholique, ceux des églises évangéliques, l’oligarchie locale, les médias privés et le patronat ainsi que les chefs des autres corps d’armée.

Entre temps l’ambassadeur américain a quitté le pays, sous prétexte de guerre civile (non commencée, en fait), tentant de provoquer la panique auprès des autres représentants internationaux à faire de même.

 

          Il était prévu d’organiser une consultation populaire ce dimanche 28 portant sur une modification de la Constitution qui engagerait le Honduras sur la voie progressiste suivie par de plus en plus de pays d’Amérique latine.

République bananière soumise pendant des décennies aux diktats de la United Fruit Company, le Honduras a été dans les années 80 utilisé comme base arrière étasunienne pour soutenir la contre-révolution au Nicaragua et entretenir des guerres sales en Amérique centrale qui ont ravagé la région, notamment au Salvador.

Lorsqu’en août 2008, contre toute attente le président Manuel Zelaya, à peine élu, décide d’incorporer le Honduras à l’ALBA, il s’oppose frontalement aux visées hégémoniques étasuniennes sur le sous-continent américain et aux forces rétrogrades dans son propre pays. En effet, l’ALBA est un projet d’intégration continentale de libération qui favorise l’unité des peuples en plaçant la souveraineté des peuples, leur libre coopération et la lutte contre la pauvreté et les injustices sociales au centre des préoccupations.


            Le Honduras s’apprêtait ainsi à construire un projet politique alternatif tournant le dos au néolibéralisme, et mettant en place des réformes démocratiques structurelles, d’où le projet de changement constitutionnel qui devait être soumis ce dimanche 28 juin à la population.


         L’attaque du pays le plus faible et le plus fragilisé de l’ALBA, le jour même de l’intégration de l’Équateur dans l’alliance (ce qui fait basculer le rapport de force en Amérique latine en défaveur des intérêts étasuniens) ne peut être un hasard.

Le putsch n’aurait pu se passer sans l’aide des services spéciaux des USA. L’armée hondurienne est liée au Commandement Sud de l’armée américaine dont les conseillers militaires jouent un rôle essentiel. Le principal aéroport militaire US de la région se trouve sur le sol hondurien, et ce en toute illégalité puisqu’ aucun accord officiel n’a été signé entre les deux pays.


La tradition étasunienne du putsch militaire pour renverser un gouvernement qui s’oppose à leurs intérêts est bien connue des peuples latinos. Derrière le souriant visage d’Obama, apparaît une fois de plus le visage grimaçant de « Tio Caiman », l’Oncle Sam, symbole du cruel impérialisme états-unien !


           Le PRCF appelle les démocrates de France à dénoncer le coup d’Etat yankee et à se solidariser de toutes les manières possibles avec le peuple hondurien et avec tous les peuples de l’ALBA.


P
lusieurs manifestations se sont produites:

LYON le 29 juin: Manifestation de solidarité avec les démocrates Honduriens

On notera aussi la présence de plusieurs militants du PRCF au rassemblement devant l’ambassade du Honduras à Paris le lundi 29 juin à 18h30 ainsi qu’à Grenoble.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-François Brient 04/10/2009 01:19


De la servitude moderne est un film documentaire qui se propose de faire la critique radicale de la société qu’il nous faut combattre. C’est un brûlot de 52 minutes dans la tradition pamphlétaire
française.
L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent
cette condition servile.
Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article de wikipedia à l’adresse suivante :
http://fr.wikipedia.org/wiki/De_la_servitude_moderne
Vous trouverez ci-dessous l’adresse du site officiel du film avec tous les renseignements et la possibilité de le télécharger :
http://www.delaservitudemoderne.org/
Il est également disponible en streaming sur dailymotion à l’adresse suivante :
http://www.dailymotion.com/avantiprod
Si ce film vous semble utile à la diffusion de nos idées, n’hésitez pas à le faire circuler, à le copier ou à le projeter. Il est totalement libre de droits. Il ne nous appartient pas, il
appartient à ceux qui voudront bien s’en saisir pour le jeter dans le feu des combats.

Fraternellement.

Jean-François Brient et Victor Léon Fuentes


« Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »