Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JRCF

La course des champions (de l’américanisation)

La course des champions (de l’américanisation)

Un « champion-star » en guise d’animateur, des animateurs télé en guise de commentateurs sportifs, des sportifs médaillés de haut-niveau aux surnoms plus idiots les uns que les autres (« la Tornade », « la Bête », « la Foudre » ou encore « la Flèche »...) jouant les brutes provocantes, le tout ayant lieu sur une chaîne du service public, dans un Stade de France si peu mis en valeur par l’obscurité de la nuit si ce n’est lorsque qu’il est filmé en hauteur et de l’extérieur comme une salle de spectacle de la célèbre World Wrestling Entertainment (Fédération « mondiale » de catch, en réalité fédération nord-américaine de sport-spectacle).

Si l’émission-spectacle de ce jeudi n’aurait pas étonné sur une chaîne du groupe M6, elle détonne quelque peu sur le service public… Et le public d’ailleurs ne s’y est pas trompé puisque celui-ci aura boudé jusqu’au bout ce programme qui n’a rendu d’aucune manière honneur à nos champions médaillés, ni honneur au sport français en général, lui préférant sans doute pour l’occasion l’observation pour quelques heures encore de la comète Néowise ou des dernières étoiles filantes Delta Aquarides du Sud.

C’est en effet dans une ambiance très sur-jouée, à l’américaine, que se sont enchaînés les courses d’obstacles entre participants sportifs amateurs et sportifs professionnels.
La petite « battle » verbale entre concurrents avant de démarrer aura bien illustré cela, tout en démontrant que même un grand judoka comme Teddy Rinner (l’animateur de la soirée) peut oublier l’une des bases des valeurs qu’enseigne le Judo : la modestie… au profit d’une tentative désespérée d’animer un show à l’américaine sur une heure de grande audience sur le service public.

Pas grand-chose à dire ou à garder donc, et c’est tant mieux puisque les flops qu’auront fait ces émissions viennent démontrer que le sport est loin d’être devenu un spectacle pour les Français, qui préféreront encore longtemps commenter les véritables exploits, victoires, échecs et performances sportives des enfants du pays, de la région ou du village que leurs jeux d’acteurs peu convaincant quand il s’agit de jouer la provocation comme au catch.

Face au sport marchandise et capitaliste, défendons la culture sportive progressiste et nationale, développons le sport dans la jeunesse, redonnons des moyens aux clubs des communes.
De plus, ne laissons plus nos outils audio-visuels devenir des relais de la culture abrutissante dominante et de plus en plus hégémonique.
Refaisons lien avec la culture nationale et populaire du peuple français pour y développer une véritable culture progressiste !

Lorris

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article