Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JRCF

1er mai en rouge et jaune

Ce 1er mai rouge et jaune, marqué par une violente répression policière à Paris, est le signe de la colère profonde des travailleurs de notre pays. 
Plus de 300000 manifestants partout en France ont battus le pavé pour exprimer cette colère et dénoncer la politique capitaliste et de plus en plus fascisante de Macron et de son gouvernement, politique répondant aux exigences de la commission européenne.

Le PRCF et les JRCF étaient présents aux quatre coins de la France pour alerter les travailleurs sur les buts réels de la politique capitaliste de Macron et de l'UE, pour appeler à l'abstention citoyenne aux élections européennes du 26 mai et pour porter les "quatre sorties", de l'UE, de l'euro, de l'OTAN et du capitalisme ! 
Le combat continue ! 
Tous avec les GJ dès samedi prochain dans la rue, tous avec la fonction publique le 9 mai ! 

Les JRCF de Bretagne à Rennes !Les JRCF de Bretagne à Rennes !

Les JRCF de Bretagne à Rennes !

L'un de nos camarades niçois tenant la banderole Jeune Garde, montrant fièrement son appartenance avec un stick du PRCF collé sur le torseL'un de nos camarades niçois tenant la banderole Jeune Garde, montrant fièrement son appartenance avec un stick du PRCF collé sur le torse

L'un de nos camarades niçois tenant la banderole Jeune Garde, montrant fièrement son appartenance avec un stick du PRCF collé sur le torse

Les JRCF de Paris ont brandi le drapeau du Venezuela à Montparnasse, par solidarité avec le Venezuela.  Nous sommes rassuré, le coup d'État de Guaido a encore échoué.  Vive le Venezuela, son peuple, son Parti communiste et la révolution bolivarienne.

Les JRCF de Paris ont brandi le drapeau du Venezuela à Montparnasse, par solidarité avec le Venezuela. Nous sommes rassuré, le coup d'État de Guaido a encore échoué. Vive le Venezuela, son peuple, son Parti communiste et la révolution bolivarienne.

1er mai en rouge et jaune1er mai en rouge et jaune
Aux alentours de 13h 30- 14h, les camarades parisiens furent témoins des violences policières. Les gaz lacrymogènes étaient partout et la police chargeait, ramenant les manifestants au point de départ de la manifestation. Au risque de créer un mouvement de foule.

Aux alentours de 13h 30- 14h, les camarades parisiens furent témoins des violences policières. Les gaz lacrymogènes étaient partout et la police chargeait, ramenant les manifestants au point de départ de la manifestation. Au risque de créer un mouvement de foule.

A Paris, pour pouvoir quitter la manifestation, les policiers obligeaient les manifestants en gilet jaune à jeter les gilets à terre.

A Paris, pour pouvoir quitter la manifestation, les policiers obligeaient les manifestants en gilet jaune à jeter les gilets à terre.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article