Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JRCF

Il y a cinq ans, l’incendie criminel de la maison des syndicats d’Odessa

Il y a cinq ans, l’incendie criminel de la maison des syndicats d’Odessa

Peu après le coup d’Etat "d'euro-Maidan"  à Kiev, des militants syndicalistes, pacifistes, travailleurs, communistes et progressistes d’Odessa manifestèrent contre le changement de politique qui menait l'Ukraine vers une tyrannie pro-UE, russophobe et réalisée par des nostalgiques du fasciste et antisémite Bandera.

Le 2 mai 2014, les milices de Pravy Sektor, l’un des groupes fascistes participant à Maidan, sous les ordres du nouveau gouvernement ukrainien, déferlèrent sur Odessa. Les manifestants pacifiques anti-Maidan, souvent âgés et pour beaucoup syndicalistes et communistes, avaient leur campement près de la maison des syndicats d’Odessa. Pravy Sektor et ses troupes arrivant sur place, les militants progressistes ukrainiens eurent le temps de se réfugier dans la Maison. C’est là que le pire arriva…

Les milices fascistes firent brûler la Maison, tuant plusieurs personnes à l’intérieur, mais cela ne s’arrêta pas là. Certains anti-Maidan sautant pour s’en sortir finirent battu à mort par la milice alors qu’elles étaient à terre. On passera aussi sur d’autres actes du même genre, notons juste des faits troublants : les troupes de Pravy Sektor ont fini par rentrer dans la maison des syndicats pour terminer le travail, et le gouvernement a beau dire que les morts sont dû à l’asphyxie à cause des fumées de l'incendie, certaines photos montrent très clairement que les victimes ont des ecchymoses partout sur le visage ou qu’une balle leur a traversé la tête.

Le nombre exact des morts varie, mais il s’agit d’environ 48 militants qui ont perdu la vie.

5 ans après les faits, il n’y a pas eu de véritables enquêtes, pas de coupables désignés, pas même d’explication sur la lenteur de la police à intervenir ce 2 mai 2014… L'UE n'a jamais eu un mot pour ce drame, préférant assurer la stabilité sur sa frontière avec la « dictatoriale » Russie, quitte à mettre en place et soutenir des gouvernements ouvertement fascistes.

Pendant ce temps, les bombardements sur le Donbass se sont accentués, des groupes radicaux d’extrême-droite sont devenu encore plus puissants (à l’image du bataillon Azov).

En ce jour, nous nous devons en tant que jeunes communistes de rappeler la mémoire de ces disparus, écrasés sous la botte du fascisme renaissant en Europe avec le soutien de l'UE.

A bas le fascisme et ses soutiens capitalistes européens !

A bas l'UE qui ne créée que la misère et les conditions d'émergence du fascisme !

Vive l'internationalisme prolétarien !

Vive la solidarité internationale entre les peuples !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
« S'il existe des groupes néonazis en Ukraine, leur popularité et leur influence ne sont pas plus importantes que dans d'autres pays européens. Ils n'ont aucune représentation à la Rada et aucun poids au sein du gouvernement ukrainien. Au printemps 2019, les Ukrainiens ont porté M. Volodymyr Zelensky au pouvoir avec plus de 73% des voix, ce qui témoigne de la vigueur du sentiment démocratique dans le pays. Les activités des organisations néonazies en Ukraine ne reflètent donc aucunement une tendance globale du pays. Le conflit dans l'Est de l'Ukraine a effectivement mobilisé certains groupuscules extrémistes violents, mais la plupart ont, depuis, disparu. Les actes antisémites y sont moins fréquents que dans d'autres pays européens. Néanmoins, la France continue d'exercer la plus grande vigilance sur ce sujet. C'est pourquoi notre ambassade à Kiev s'associe aux actions mémorielles importantes. Ainsi, une attention toute particulière sera portée aux commémorations des 80 ans du massacre de Babyn Yar, en septembre prochain. »M.le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères au Sénat le 22/07/2021.<br /> Le poids des néonazis dans le gouvernement de M.Zelensky est loin d’être négligeable (ministères clés).Quant au rôle des milices et autres bataillons ouvertement néonazis il est déterminant :ce sont des unités d’élite de l’armée régulière ukrainienne.C’est pourquoi tout (ou presque)est FAUX dans les affirmations de ce ministre.Soit ce ministre et son gouvernement sont totalement incompétents soit il est un complice parfaitement conscient de ses propos mensongers et il ferme les yeux sur une abjection (au cœur de l’Europe),le néonazisme ukrainien,à l’origine d’un conflit dont la gravité n’aura échappé à personne.
Répondre