Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JRCF

Déclaration de la commission internationale du PRCF au colloque sur l'internationale communiste

Déclaration de la commission internationale du PRCF au colloque sur l'internationale communiste

Chers camarades,

 

Il y a donc un siècle, à l'initiative du grand Lénine et du parti bolchévik, était fondé l'IC.

C'est en 1920 que la majorité du parti socialiste décida de rompre avec la 2e Internationale qui avait fait faillite en 1914 pour fonder le PC devenant ainsi la section française de l'Internationale communiste, la 3e Internationale.

Les fondements étaient posés pour le rassemblement des travailleurs de tous les pays sur des bases marxistes et léninistes.

 

Le combat pour l'unité du prolétariat

 

Comme le dira Jacques Duclos en 1935 "L’Internationale Communiste, dès le premier jour de son existence, s’employa à contrecarrer les néfastes effets de la division ouvrière consécutive à l’abandon de la lutte des classes. L’unité du prolétariat ne peut exister que sur le terrain de la lutte des classes".

Un siècle plus tard, après la défaite du MCI en URSS, face aux trahisons, aux mutations sociale-démocrates de nombreux partis communistes, et en particulier du PCF, aux divisions et à l’émiettement des révolutionnaires, les paroles de Duclos résonnent avec une grande actualité. Et l'un des fondements de l'IC est bien ce combat pour l'unité sur des bases de classe. Notre emblème universel "La faucille et le marteau" n'est-il pas un symbole unitaire celui de la classe ouvrière et de la Paysannerie? Oui camarades l'un des fondements léninistes de l'IC est le combat pour l'unité et certainement pas le sectarisme et le "solo funèbre" de la Classe ouvrière.

 

Du Front unique au Front populaire

 

Certes l'application de cette ligne fondatrice connue divers avatars.

Mais le Front unique que Lénine a toujours promu est resté un fil rouge de l'IC, conjugué de façons diverses, tenant compte des circonstances, des traditions nationales et des rapports de forces mais avec le souci permanent d'isoler l'ennemi principal et de conquérir le rôle dirigeant en son sein.

L'IC ne fut jamais le monolithe bureaucratique que certains prétendent. Des opinions différentes voire divergentes s’exprimaient en son sein. Bela Kun ou Togliatti ne proposaient pas en toute chose les mêmes choix que Thorez ou Manouïlski. Mais la pratique tranchait. Quand la catastrophe allemande arriva en 1933 avec l'arrivée au pouvoir du nazisme, il fut clair pour l'IC que la ligne "classe contre classe" devait être dépassée pour tenir compte du choix du fascisme par le grand capital. Sous la direction de Dimitrov qui avait combattu le fascisme en son centre et de Staline, dirigeant du parti bolchevik, l'IC choisit lors de son 7e congrès la stratégie de Front populaire.

Celle-ci permit aux PC de devenir des partis puissants, de déployer leur influence et leur rayonnement. Les PC enregistraient des courants d'adhésions importants, la presse communiste voyait ses tirages augmenter, les positions du syndicalisme de classe se renforçaient dans les syndicats, les PC purent enfin adopter une position offensive sur la question nationale, symbolisée en France par la revendication de l'héritage de la Révolution française, l'union des "deux drapeaux", de la Marseillaise et de l'Internationale.

 

Du Front Populaire à la Libération.

 

Certes le Front Populaire, s'il barra la route au fascisme en France, s'il permit de résister un temps au fascisme en Espagne, malgré la politique des puissances capitalistes qui trouvèrent leur apogée avec l'hypocrite "non-intervention" en Espagne et finalement lors des Accords de Munich et le refus des munichois de signer un pacte d'alliance militaire avec l'URSS, ne put empêcher la guerre déclenchée par les impérialistes.

Cependant son bilan fut absolument remarquable pour les PC : renforcement, "nationalisation"et efficacité dans le combat de classe.

Et aussi préparation politique et idéologique au grand combat antifasciste contre les hitlériens.

Les FP, les Brigades internationales, l'aide de l'Union Soviétique à la République espagnole et cela malgré le sabotage des trotskistes qui s'opposaient au Front Populaire, a permis aux PC d'acquérir une expérience qui leur permettra de jouer le rôle central qui fut le leur au sein des Résistances patriotiques et antifascistes. Cette position acquise de haute lutte permit à la Libération aux PC de peser sur la situation politique et d'obtenir des conquêtes sociales qui sont aujourd'hui encore la cible du grand capital. La lutte pour l'émancipation nationale fut en permanence accompagnée par la lutte pour l'émancipation sociale: en Yougoslavie, en Grèce, en France, en Italie....partout la lutte des Partisans s'accompagnait de la lutte des travailleurs et des masses dans tous les secteurs. Des formes de pouvoir démocratique et populaire s'installaient dans les zones libérées. La place des femmes connu un progrès considérable. Des progrès culturels accompagnaient les combats de la Résistance. En fait ces combats se renforçaient mutuellement, ils fusionnaient dans un grand élan patriotique et révolutionnaire.

 

 

La fin de l'Internationale et sa renaissance ?

 

On le sait l’auto-dissolution de l'Internationale Communiste fut décidée en 1943 par le Comité Exécutif, Dimitrov et Staline. Le CE estimait qu'il fallait partir " des circonstances particulières et des spécificités de chaque pays" et éviter "comme règle générale, l’implication directe dans les affaires organisationnelles intérieures des partis communistes". Le CE estimait également qu'il devait tenir compte "de la montée et de la maturité politique des partis communistes et de leurs dirigeants" . Staline fit remarquer quant à lui que l'auto-dissolution "révèle les mensonges des hitlériens selon lesquels Moscou a l’intention d’intervenir dans les affaires d'autres États et faire dominer le bolchevisme". Évidemment cette phrase de Staline montre qu'il existe aussi une dimension tactique à ce geste : il s'agissait de renforcer l'alliance avec des puissances antihitlériennes au moment où l'URSS supportait, quasiment seule, le fardeau de la guerre contre le fascisme. La suite avec la mise en place du Kominform, avec ses forces et ses faiblesses, confirme cette dimension tactique.

Lorsque les Etats-Unis et le bloc impérialiste déclenchèrent la "guerre froide", l'Union Soviétique, le camp socialiste et les partis communistes retrouvèrent des formes d'organisation et de mise en place de stratégies coordonnées.

Aujourd'hui face à la mondialisation capitaliste nous pensons que l'utilité d'une Internationale communiste, dont la forme reste à définir, est avérée. Si les conditions n'existent pas aujourd'hui d'une renaissance de l'Internationale, elle doit rester un objectif stratégique pour tous les communistes dans le monde. Notre organisation qui entretient des relations fraternelles avec des dizaines de partis et organisations communistes dans le monde agira toujours dans ce sens en développant sur le terrain la lutte des classes et en faisant renaître en France un parti communiste marxiste et léniniste.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article