Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JRCF

2018, année de luttes (1/2)

Retrouver le panel des actions de nos actions sur la moitié de l'année. 

Que la lutte continue camarades !

 

VICTOIRE ! LOÏC DE LA COMPAGNIE JOLIE MÔME RELAXÉ !

Avec beaucoup d'enthousiasme nous avons appris hier la relaxe du camarade Loïc Canitrot, militant à la CGT spectacle et membre de la Compagnie Jolie Môme, dans un procès en forme de farce où l'accusateur a refusé de venir, l'avocate de celui disant qu'elle n'avait rien à dire, pendant que le juge rigolait au grotesque de l'affaire.

Les militants du PRCF et des JRCF de la région Île-de-France était biensûr là pour soutenir le camarade.

Nous rappelons notre solidarité avec toute les victimes de la répression, que ce soit envers les militants politiques, syndicalistes ou associatif. 

Nous rappelons que depuis les manifestations contre la Loi travail de 2016, c'est près de 4000 poursuites judiciaires qui ont eu lieu envers des militants. 

RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC LES COMMUNISTES POLONAIS

Depuis presque trois ans nos camarades communistes polonais du KPP sont poursuivis pour avoir écrit un article dans leur journal, un texte qui comparait la situation industrielle sous la Pologne populaire et celle du retour au capitalisme. On leur reproche de faire de la propagande totalitaire, mais pendant ce temps là les mouvements fascistes (qui sont aussi les électeurs du parti Droit et justice au pouvoir) peuvent manifester, se balader avec des symboles fascistes, appeler à un nouvel holocauste, à massacrer leurs ennemis et à une Europe blanche, cela ne pose aucun problème.

C'est face à cette situation que Les amis d'Edward Gierek, le Comité internationaliste de solidarité de classe et le PRCF ont décidé d'organiser le 27 janvier un rassemblement devant l'Ambassade de Pologne à Paris, pour protester contre cette injuste poursuite d'une justice de classe et montrer notre solidarité avec le KPP.

Nous étions une centaine de personne et ce fut un beau moment de solidarité internationaliste.

Dans les autres intervenants nous avons eu l'immense plaisir d'avoir la participation de représentant du PCRF, de la Coordination communiste 59/62, du Front syndical de classe, un membre du CN du PCF, de deux camarades communiste polonais et aussi, de manière inattendu, d'un camarade communiste russe !

Les JRCF ont bien sûr prononcé un discours pour assuré de leur soutien les camarades polonais. 

Ce rassemblement n'est pas une fin en soi. Nous rappelons que nos camarades passent en procès le jeudi 1er février prochain. Les JRCF tiennent à rappeler leur engagement contre la répression des communistes partout dans le monde, mais aussi de tous ceux qui sont persécutés pour leurs activités progressiste. Nous tenons donc à rappeler qu'il n'y a pas que la Pologne qui se fascise, car chez nous en France depuis les manifestations contre la loi travail de 2016, plus de 4000 personnes ont été poursuivis pour leur activité syndicale, politique ou associative. Que notre cher président ne trouve rien de mieux que de matraquer les migrants à Calais et d'envoyer au tribunal les personnes qui les aident !

Hier comme aujourd'hui : SOLIDARITÉ DE CLASSE !  

 

LES JRCF AU RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC LES COMMUNISTES POLONAIS VICTIMES DE L'ANTICOMMUNISME !

Le discours de notre camarade Dimitri qui, au nom des JRCF, s'exprima au rassemblement de soutien aux communistes polonais.

 

Paris, 27 janvier 2018.

Chers camarades,

Les Jeunes pour la Renaissance Communiste en France, les JRCF, expriment  leur solidarité de combat avec nos courageux camarades polonais. Nous le faisons tout particulièrement aujourd'hui, ce 27 janvier, date qui marque l'anniversaire de la libération du camp de la mort d’Auschwitz par les combattantes et les combattants de l'Armée rouge.

 

Nos camarades affrontent une situation où apparaît avec de plus en plus d'évidence le résultat de la criminalisation du communisme : la chasse aux sorcières et les attaques contre toutes les libertés démocratiques.

 

Nos camarades sont traînés devant les tribunaux pour leurs opinions.
 

Alors que des milliers de fascistes se répandaient dans les rues de Varsovie le 11 novembre dernier avec la bénédictions de Kaczyński et de sa clique cléricalo-fasciste, les communistes sont sur le banc des accusés d'une justice qui est chaque jour un peu plus aux ordres du pouvoir polonais.

 

Évidemment, pas un seul mot à ce propos de la part de l'Union Européenne qui malgré quelques gesticulations est totalement complice de cette situation : la fascisation est un processus qui a pour objectif d'imposer aux peuples récalcitrants la politique de classe du grand capital.

 

Nous le disons haut et fort l'Union européenne, Macron comme Kaczyński, Merkel comme Orban sont les co-auteurs de cette destruction des indépendances nationales, des souverainetés populaires et des conquêtes sociales et démocratiques issues de la victoire sur le fascisme.

 

Mais face à la répression les communistes n'ont jamais baissé et ne baisseront jamais la tête.

Car cette fois encore nous le savons, nous le proclamons, nous le crions : le fascisme ne passera pas !

 

Vive le Parti communiste polonais !

Vive la solidarité internationaliste !

SOUTIEN TOTAL AU MIRAIL ET À LA FACULTÉ DE MONTPELLIER

Les JRCF affirment leur soutien total aux étudiants et aux personnels en lutte du Mirail, ainsi qu’aux étudiants de la Fac de Montpellier.

Faisons quelques rappels : en lutte depuis plus de trois mois contre la fusion de leur université et contre la sélection, le personnel et les étudiants de l’Université Toulouse – Jean Jaurès viennent, il y a peu, de connaître une victoire, la non remise du label IDEX à leur université. Défaite pour le président de l’Université Daniel Lacroix et pour le gouvernement. Celui-ci, ne voulant pas perdre la face, à déclarer l’université ingouvernable, a dissout le Conseil d’administration arbitrairement, renvoyant en passant le président qui s’était sans doute montré trop doux à leur goût, mettant en tutelle l’Université et en annonçant la reprise de la Fac sous peu par la police.

Une vague de solidarité s’est levé partout en France et dans le Monde contre cette brutalité. Nous avons vu fleurir de partout la solidarité avec le Mirail.

Malheureusement, la violence du gouvernement n'en reste pas là. Après Bordeaux et les flics qui tabassent des étudiants, on innove.

En effet, des étudiants le 22 mars au soir ont décidé d’occuper l’un des amphis de la Faculté de Droit de Montpellier. Des problèmes avec des groupes d’extrême-droite se sont fait sentir des le début de la soirée, mais c’est après que cela s’est empiré. Alors que les policiers étaient dehors, le doyen de la Faculté de Droit, Philippe Pétel, a décidé non pas d’envoyer la police, mais des groupes d’extrême-droites, cagoulés et armés, déloger par la violence les occupants sans défense. Que l’on soit bien clair : c’est, selon les témoignages, Philippe Pétel qui leur a ouvert la porte et à pointé du doigt les gens à « déloger », il est donc responsable de ce qui est arrivé. Plusieurs étudiants sont actuellement à l’hôpital et les autres pensent se porter partie civile contre ce criminel.

Encore une fois, ce que dit le PRCF et les JRCF est démontré : il y a collusion entre l’extrême-droite et le pouvoir macronien qu’on a pourtant à chaque fois tenté de nous présenter comme incompatible. Où sont passé ceux qui nous ont appelé à voter Macron contre Le Pen ?

Nous disons non à la répression des mouvements étudiants ! Nous nous solidarisons avec toute la jeunesse, lycéenne et étudiante en lutte.

 

SOLIDARITE du PRCF et JRCF AVEC LES ÉTUDIANTS DE MONTPELLIER EN BUTE A DES VIOLENCES FASCISTES

 

Dans la nuit du 22 au 23 mars à la faculté de droit de Montpellier, des hommes cagoulés armés de tazers de matraques et d’autres objets contondants, s’en sont pris violemment aux étudiants qui occupaient démocratiquement l’amphithéâtre depuis la matinée du 22, suite à une décision prise en assemblée générale..
Des étudiants de la fac de Droit auraient reconnu parmi les assaillants certains de leurs professeurs !
Suite à cette agression, « les forces de l’ordre (quel ordre et protégeant qui ?) » protègent la fac de Droit où les cours ont repris comme si de rien n’était dans un amphi souillé du sang des étudiants.
En sommes-nous déjà là en matière de résignation à l’indignité ?
La commission luttes du PRCF, condamne fermement ces actes fascisants qui sont rendus possibles par l’attitude répressive et par la politique antisociale de Macron dont l’orientation de plus en plus marquée vers l’Etat policier s’inscrit dans la marche vers une Europe supranationale de plus en plus anticommuniste, antisyndicale (interdiction de la grève en Grèce à la demande de l’UE) et complaisante envers l’extrême droite.

Manif des étudiants le 22 mars à Montpellier. Photo PRCF 34

Le Pôle de Renaissance Communiste en France 34 et les Jeunes Communistes des JRCF en France (PRCF /JRCF34 ) apportent tout leurs soutiens aux étudiants qui luttent pacifiquement contre la destruction de l’enseignement et la politique anti-démocratique mise en œuvre dans notre pays. Ils appellent à participer à tout acte de riposte démocratique qui pourrait être unitairement décidé à Montpellier et ailleurs.
Le Bureau du PRCF et JRCF 34

FACE A L'EXTREME-DROITE, RETROUVONS NOS COULEURS !

On l'a vu il y a encore une semaine, en réponse à l'agression fasciste au sein de l'université de droit de Montpellier, une mobilisation anti-fasciste d'étudiants, de militants de gauche et de syndicalistes s'est tenue pour contrer le projet de rassemblement de l'extrême-droite locale et identitaire (La ligue du midi) et l'instrumentalisation qui allait être faite par cette dernière du sacrifice héroïque du lieutenant-colonel Beltrame.
 

Je souhaites à propos de cette mobilisation relever ici un point, qui est malheureusement récurrent lors de ces face-à-faces, et qui découle largement des dernières années d'effondrement idéologique de la gauche dans sa globalité (dû avant tout à l'auto-effondrement idéologique du PCF).

C'est cette abondance de drapeaux tricolores et de chant de la Marseillaise dans le camp de l'extrême-droite, et leur ABSENCE TOTALE dans le camp anti-fasciste. 

 

Il semble qu'il soit encore nécessaire de rappeler pourquoi ce chant qu'est la Marseillaise et pourquoi ce drapeau tricolore n'appartiennent nullement à l'extrême-droite et sont aujourd'hui USURPES par cette dernière.

 

S'il est un chant révolutionnaire parmi les chants révolutionnaires, c'est bien de la Marseillaise qu'il s'agit. Chant certes guerrier, il animera les volontaires fédérés républicains de l'armée du Rhin, puis de toute la France, partis pour combattre les armées de la noblesse européenne et pour défendre la révolution. Ce chant est, osons le dire, le chant précurseur de l'Internationale qui sera même écrite sur l'air de la Marseillaise. Il sera chanté par les révolutionnaires du monde entier, sur les barricades parisiennes de 1848 et 1871 ainsi qu'en 1936, dans les rues de Petrograd en 1917, lors de la grande marche de Mao et des révolutionnaires chinois, au Vietnam... Les exemples ne manquent pas !

Il est deux chants au monde qui furent traduit et/ou chanté dans quasiment toutes les langues, l'Internationale et la Marseillaise. 

 

Je suis obligé ici de faire une précision que l'on ne saisit plus tellement. Le «sang impur», tout à l'inverse d'être le sang des étrangers, est celui du peuple qui part combattre et se sacrifier pour la liberté. Il suffit de lire la totalité des couplets de la Marseillaise pour comprendre qu'il ne s'agit absolument pas d'un chant raciste, tourné contre les étrangers. Bien au contraire, la Marseillaise est un chant purement patriotique et internationaliste, tourné contre les privilèges de la noblesse européenne et contre les chaînes qu'elle maintient aux pieds des peuples qu'elle tient en esclavage.

 

Lors de la révolution française apparaît également le drapeau tricolore. Ces trois couleurs auront représenté, durant toute la révolution, le peuple révolutionnaire et la nation républicaine. S'il fut, tout au long de son histoire, bafoué, piétiné et sali par les impérialistes, les colonialistes et les vichystes, le peuple français lui ne l'a jamais abandonné et le reconnaît toujours comme son drapeau.

Pourquoi alors le presque bannir de nos rassemblements à cause de quelques enragés, amateurs de reconstitution de guérilla urbaine et de K-Way noirs bon marché ?

Ce drapeau, bien qu'usurpé par différents pouvoirs réactionnaires durant des décennies, est celui que défendirent les partisans anti-fascistes sous l'occupation, celui que les communards et, plus tard le PCF de Thorez, rallièrent au drapeau rouge de l'internationalisme prolétarien, celui de la République contre la réaction monarchiste.

 

La Marseillaise et le drapeau tricolore ont toute leur place aux côtés du drapeau rouge, orné du symbole communiste, et de l'Internationale et, d'autant plus quand il s'agit d'affronter des rassemblements d'extrême-droites, il nous faut arracher à celle-ci le monopole de ces symboles hautement révolutionnaires et populaires ! 

Alors n'hésitons plus, CONTRE la réaction et les fascismes, chantons l'Internationale ET la

 

Marseillaise, hissons les drapeaux ROUGES ET TRICOLORES !

 

DE STAËRCK Gilliatt

Responsable national JRCF

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article