Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JRCF

Une parole contre l'Etat policier de LREM : témoignage d'un JRCF

Un camarade dont un proche est en détention sans raison.

 

Libre droit de gueulante contre l'Etat Policier d'Emmanuel Macron (dit "Jupiter"), sbire à la solde du Capital.
Une police qui ne sert qu'à réprimer le mouvement social, une police qui ne sert qu'à arrêter des innocents. Une police qui ne fait rien contre les casseurs des blocs noirs et qui ose parler "d'organisation exceptionnelle" pour une bande de Totos anars fouteurs de merde. Une police qui tabasse les étudiants, une police qui trucide les immigrés. Une police magnifique qui ne fait que jeter de l'acide sur des symptômes de plaies purulentes de la société (la délinquance, la violence révoltée des casseurs) sans essayer de traiter son cancer (le Capital, la Bourgeoisie, les parasites). 
Mais cette police dans les mains de qui est-elle ?
La classe dirigeante n'arrêtera pas de placer ses sbires au gouvernement. Ce gouvernement rase les acquis sociaux de la classe ouvrière. Ces acquis des hautes luttes menées par le PCF et la CGT notamment, ces véritables avancées arrachées à la Bourgeoisie avec le Front Populaire, le CNR et Mai 68. Ces acquis qui nous protègent, nous soignent, nous permettent d'avoir accès à une éducation, à un enseignement, à des transports ferroviaires et aériens qui permettent à tous de voyager dans notre beau pays, et plus loin encore ...
Cette classe dirigeante dont l'existence est réelle et pas fantasmée, se caractérise par son rapport au Travail. Elle ne travaille pas, elle vole le travail des autres. Elle fait croire qu'elle possède, administre, est nécessaire, mais elle n'est que parasitaire. Cette classe donc, tient le gouvernement du pays par le biais des Partis de la majorité de Droite, le Parti (faussement) Socialiste, les "Républicains" et La Ripoublique en Marche, réceptacles de tous les professionnels du recyclage politique qui s'encartent Maoïste avant de devenir Socialiste puis Centriste. Réceptacle également, de tous les ripoux du privée, des medias et autres sous-merdes incultes et mal habillées adeptes du Globish de la "Startup Nation".
Cette classe dirigeante donc, continue de nous prendre tout. Petit à petit. Et on la laisse faire. Elle mène ses petites guéguerres économiques contre elle-même, et ses guerres impérialistes avec soutien des classes dirigeantes des autres pays, états-uniennes en première ligne. Elle détruit l'Afrique, broie le Moyen-Orient, crée les conditions du terrorisme et de l'instabilité politique. Elle crée la chaîne des peuples des pays qu'on a longtemps appelé du Tiers-Monde, et qu'on appelle maintenant avec une condescendance camouflée "pays en voie de développement". Elle exploite, massacre, pille les ressources, déstabilise des régions pour s'assurer une hégémonie géopolitique.
Et puis elle brise sa propre population. Elle la condamne petit à petit à accepter tous les caprices des capitalistes pour les faire "créer des emplois". Elle produit une Loi de Selection à l'Université au lieu de réformer en profondeur les institutions de reproduction des différences sociales que sont pour l'instant l'école, le collège et le lycée pour faire de meilleures étudiants et de meilleures citoyens. Elle instaure la sélection déguisée et ouvre dans le même temps aux intérêts privées capitalistes le Rail, la Santé, l'éducation. Car les lois qui ne sont pas encore écrites le seront. Si Micron n'abolit pas la Sécurité Social, son héritier le fera.
Ce cancer de la société humaine qui exploite, alienne, rend inepte la majorité par la culture de masse macdoisée globalisée et dégénérée ne fait qu'asseoir sa puissance.
Désormais, toute opposition ne sera plus écrasée. Si elle est violente et dégradante, elle sera montée en tête d'affiche par les caméras et laissée tranquille par la Police inutile. Si elle est pacifique, elle sera encerclée et arrêtée arbitrairement. On prendra soin de séparer les enfants de leurs parents, de menacer leur famille, d'intimider les soutiens qui s'amassent devant la gendarmerie. Les bloc noirs, eux, rentreront tranquillement chez eux, à l'exception d'un ou deux qui se seront effectivement fait attraper. Les interpellés ? Des étudiants en période d'examens, condamné à la défaillance par l'université. Des militants salariés du privée qui seront condamné au chômage par leur patron. Des parents travailleurs qui se verront contrains de rester à attendre alors qu'ils n'ont rien fait, à espérer que leurs enfants puissent se débrouiller seuls. On oubliera pas de menacer le reste des non-interpellés, de jeter les personnes les plus minces, et de gazer les corps les plus larges. Les insultes et les actes sexistes, homophobes et racistes sont les bienvenus. 
Et la "Justice" s'occupera du reste.


Que faire ?
Reconstruire une force révolutionnaire large et organisée. Fédérer tous les travailleurs qu'importe leurs origines, leurs couleurs, leurs orientation sexuelles ou leurs genres. Cesser le dogmatisme et faire un front uni de tous les camarades susceptibles de se mobiliser. Sortir de leur torpeur ceux qui ne le sont pas en produisant de l'agitation dans les usines, les facs, les gares, les hôpitaux. Revendiquer une théorie révolutionnaire solide, se ranger derrière de fortes centrales syndicales, et avancer tous ensemble, et en même temps. Les moyens de répression et de discrédit de l'état bourgeois sont forts. Mais en comprenant l'enjeu de l'établissement de ce réel rapport de force et en faisant tout pour nous unir toutes et tous, c'est possible. 
Un peu d'espoir, quand la liberté est enfermée, elle tend une patte hors des barreaux. Quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article