Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
JRCF

Où va M. Mailly? – Par Floréal, militant PRCF et ancien dirigeant syndical

Où va M. Mailly? – Par Floréal, militant PRCF et ancien dirigeant syndical

M. Mailly se prépare-t-il une retraite dorée – comme l’ont fait avant lui MM. Chérèque, Thibault et Le Paon (tous dotés par l’État bourgeois de sinécures dorées pour occuper leurs vieux jours…) – en sonnant d’emblée la retraite de F.O. avant même que n’ait commencé la mobilisation contre les ordonnances Macron ? On peut se poser la question après avoir écouté l’Interactive que France-Inter a consacrée à M. Mailly ce mardi 22 août.

* Le MEDEF reçu le premier aux « concertations » finales sur l’Ordonnance réformant le Code du travail ? « Il ne faut pas y voir un signe particulier » selon M. Mailly, qui est bien le seul à refuser l’évidence sur la signification ultra-PATRONALE de cette contre-réforme réclamée à cor et à cris par le MEDEF.

* Le fait que chaque syndicat ouvrier découvrira un texte de 140 pages en deux heures chrono sans pouvoir en faire de copie (pour la presse, pour les travailleurs et pour les services juridiques du syndicat…) ?

* Le fait que les journalistes soient tenus à l’écart de ces rencontres (« pas de fuite pouvant aider à la mobilisation », pense évidemment l’apprenti-dictateur Macron) ?

* Le fait que rien d’écrit ne filtrera avant la promulgation de l’ordonnance assassinant l’œuvre d’A. Croizat ? C’est cet ensemble grossièrement humiliant pour les représentants du Travail que M. Mailly ose appeler « de vraies discussions ». Au risque de disputer à Berger, le patron de la CFDT jaunâtre, le titre peu ragoûtant de gentil accompagnateur de la casse sociale ?

Et sans arrêt la même antienne dans la bouche de Mailly : « on verra bien le texte final, en attendant, surtout ne bougeons pas ! ». Bref, l’ordonnance qui sortira le 31 août et qui, sans aucun passage devant le Parlement – qui s’est auto-dessaisi en toute « modernité » ! – deviendra applicable dès la fin septembre avec d’énormes dégâts pour les conventions collectives, les CDD, les indemnités prud’homales, voire l’implantation des syndicats dans les boites (quelle protection pour le salarié régulièrement gréviste, ou pour le non syndiqué qui se fera « mal voir » parce qu’il aura, par ex., exigé le paiement des HS non payées, dès lors que les patrons de combat, sachant d’avance qu’un licenciement abusif ne lui coûtera pas grand-chose, n’hésiteront plus à se débarrasser des « emmerdeurs » par tous les moyens ?).

D’un côté, Macron, le MEDEF et l’UE qui veulent aller vite pour prendre de court la mobilisation. De l’autre, les « syndicalistes » à la Mailly qui, tournant le dos aux syndiqués FO qui luttèrent avec la CGT contre la Loi Travail, refusent de « passer la première » et qu’ils serrent à mort le frein à main avec le souci évident de démarrer la mobilisation le plus tard possible… alors qu’ils savent parfaitement qu’il n’y aura qu’un mois de la publication à la promulgation, équivalent des décrets d’application inclus !

D’ailleurs, a précisé Mailly au micro de M. Demorand, il n’est pas question pour FO de repartir avec la CGT, SUD et la FSU ; s’il y a contestation de l’Ordonnance, elle émanera de TOUS les syndicats. Derrière l’apparence unitaire du propos, il s’agit pour Mailly de remettre la CFDT au centre du dispositif, donc de lui conférer un quasi-droit de vie ou de mort, ou tout au moins de veto, sur le mouvement social. Et à supposer que la CFDT feigne de s’engager dans la contestation (en la tirant d’emblée vers le bas sur le plan des revendications et des formes d’action), qui parierait que le « syndicat » de Berger ne descendra pas à nouveau « en marche » du train des mobilisations comme l’ont fait Notat, Chérèque et Berger depuis décembre 95 ?

Quant à l’argumentation de fond de Mailly, elle bat des records d’hypocrisie. En gros, explique-t-il, on ne peut pas être contre une simplification du Code du travail (« s’il n’y a pas de régressions pour les travailleurs », ajoute-t-il de manière parfaitement jésuitique).

Comme si Macron n’avait pas été clair sur le contenu de classe très lourd de cette contre-réforme majeure dictée par Bruxelles (directive sur le marché du travail) et réclamée à cor et à cris par Gattaz…

Comme si l’ordonnance Travail n’était pas le premier volet d’un « paquet » thatchérien visant à abaisser massivement les revenus issus du travail en France (réduction des indemnités chômage, facilitation majeure du « droit » patronal de licencier à plaisir, destruction des conventions collectives au profit de prétendus accords d’entreprise imposés par chantage à l’emploi, marche à l’ubérisation générale (cf les deux lois Macron déjà en service), dé-tricotage des statuts publics, « retraite à points » indexées sur les aléas économiques, baisse des APL, mise en concurrence des établissements scolaires publics, alignement par le bas des retraites, blocage des salaires des fonctionnaires, fin rapide, et sans alternative, des « contrats aidés », casse géante de la fonction publique territoriale et d’Etat).

Bref, à moins d’être idiot ou, bien plus vraisemblablement, de mentir à ses mandants, un syndicaliste digne de ce nom peut-il avoir le moindre doute sur la signification PATRONALE ET ULTRA-DROITIERE du dispositif des ordonnances euro-macroniennes qui visent à rendre la France business-friendly (en bon français, asservie au capital) ?

Il faut enfin que M. Mailly nous explique comment il a pu lutter pendant des mois contre la Loi Travail, qui engageait le renversement de la hiérarchie des normes, donc la mise en extinction des conventions collectives de branche, et comment il peut aujourd’hui semer des illusions sur une Loi travail XXL à côté de laquelle la loi El Khomri fait presque figure de hors-d’oeuvre ? Comment est-il possible de se mobiliser durement contre la grippe El Khomri au printemps pour, l’automne venu, refuser de sonner le tocsin alors que le patient – le monde du travail tout entier ! – est menacé de macro-septicémie imminente ?

Aux syndicalistes de lutte – j’allais dire aux syndicalistes DÉCENTS (bien entendu à ceux de la CGT – qui doivent tout attendre de la mobilisation et rien de la concertation-BIDON en cours – mais aussi à ceux de FO) d’en tirer la conclusion qui s’impose : se méfier comme de la peste de certains états-majors confédéraux solidement tenus en main par la très maastrichtienne Confédération Européenne des Syndicats, et tout miser sur le combat de classe « tous ensemble et en même temps » contre Macron-MEDEF, contre l’UE du capital et plus globalement, contre un système capitaliste qui n’est plus porteur désormais que de régressions sans fin.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article