Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
JRCF

PROTECTION DE LA JEUNESSE

 

Alors que le système capitaliste en France aura bientôt jeté plus de DIX millions de nos concitoyens, travailleurs,

chômeurs, étudiants ou retraités dans la pauvreté, que propose notre caste politique ? Toujours plus d'individualisme, toujours moins de solidarité...
Nous refusons cet état des choses et apportons ces propositions pour contrer le fléau, aujourd'hui organisé, de la précarité.

 

  • Soins gratuits pour les salariés, chômeurs et étudiants ayant un revenu inférieur ou égal au SMIC. De nombreux travailleurs, chômeurs, notamment jeunes, refusent d'aller voir le médecin et de se soigner, ne pouvant tout simplement pas avancer le prix d'une consultation. Les soins gratuits pour tous ceux ayant un revenu inférieur ou égal au SMIC doit inciter les personnes concernées à se rendre chez le médecin et à se soigner dès que cela est nécessaire.

  • Utilisation des stocks de produits alimentaires pour aider les familles les plus pauvres. Les jeunes couples avec un ou plusieurs enfants sont toujours plus nombreux à fréquenter les associations d'aides alimentaire comme les Restos du Coeur ou le Secours Populaire, associations manquant de plus en plus de denrées. La France est un pays riche et notre République est largement capable de nourrir correctement tous ses citoyens et tous ceux qui y vivent, et c'est cela que nous défendons.

  • Création de moyens spécifiques pour faciliter la réintégration des jeunes marginalisés par la crise. La jeunesse a particulièrement souffert, et souffre toujours, de la «crise» de 2008. Plan d'austérité sur plan d'austérité, commandé par l'UE, n'auront fait qu'augmenter le chômage des jeunes, leur précarisation ainsi que le retrait d'une bonne part d'entre eux de la vie collective. Ces jeunes marginalisés doivent être aidés par des dispositifs financiers conséquent, par le biais d'associations et/ou par la formation professionelle planifiée. Il faut en finir avec les contrats «Jeunes» et autres dispositifs d'embauches et de réinsertions faisant des jeunes des travailleurs à bas coûts.

  • Fin du harcèlement policier contre les jeunes; Retour à la loi de 1945 sur la protection des mineurs; Affectation de la Brigade Anti-Criminalité à de véritables tâches de lutte contre le crime. Les moyens de répressions aujourd'hui utilisés contre des mineurs contrevenant à la Loi sont largement éxcessifs, peu voir pas du tout pédagogiques, et très loin d'apporter des résultats positifs. Il faut désormais mettre en avant les services de l'État, et d'organismes liés, de suivis pédagogique des mineurs de façon bien plus importante que ceux de la police et de la gendarmerie.

    Il est évident, de la même façon, que la BAC (Brigade Anti Criminalité) n'a pas à «sécuriser» une manifestation lycéenne ou étudiante. Sa présence ne fait qu'attiser les tensions et, en dernier lieu, n'est là que pour jouer de la matraque et gazer à tout va.

  • Revitalisation des Caisses d'Allocations Familiales. Le travail des Caisse d'Allocations Familiales (CAF) est souvent décrié par ceux qui les fréquentent. Il faut néanmoins comprendre que cela n'est pas dû à des «fonctionnaires fainéants» mais à un manque, voulu et organisé, d'argent et de moyens. Réactualisons les missions premières des CAF et donnons y les fonds nécessaires pour leur bon fonctionnement et leur rapprochement des couches populaires.

  • Couverture sociale pour tous, notamment pour les jeunes n'ayant jamais occupé d'emploi, dès leur inscription à Pôle Emploi, et les jeunes handicapés dès leur admission à l'AAH. La sécurité sociale doit couvrir les «risques sociaux» de tous sans exceptions, de la même façon pour un salarié que pour un jeune étudiant n'ayant jamais travaillé et n'étant plus considéré comme ayant droit de leurs parents.

  • Droit aux vacances effectivement assuré et stimulé notamment pour les jeunes des milieux défavorisés. Les dispositifs favorisant les départs en vacances sont trop inconnus, aujourd'hui, des plus démunies et profitent presque seulement à ceux qui en ont les moyens. Il faut permettre à tous de partir en vacance, parenthèse nécessaire à chacun pour vivre au mieux le quotidien.

  • Sollicitation des profits de l'industrie touristique pour développer largement le tourisme social. La France est aujourd'hui un des pays les plus attractif du monde pour les touristes étrangers. Néanmoins, beaucoup de familles françaises des milieux populaires, et donc beaucoup d'enfants, d'adolescants, ou de jeunes ménages, n'ont tout simplement pas les moyens de partir en vacance dans leur propre pays. Notre indutrie touristique génère largement assez de profits pour financer le tourisme social, nécessaire à ceux qui ne peuvent se permettre de voyager.

  • Protection de la jeunesse contre le consumérisme effréné, contre l'américanisation galopante des moeurs et de la culture, contre la tendance délétère au rejet de toute contrainte scolaire. Les cascades publicitaires, la multiplication de programmes et d'émissions clairement abrutissantes aux heures de «temps de cerveau disponible» des jeunes et la relégation à des heures tardives des documentaires de sociétés traitant de sujets de fonds, autant sur les chaînes privées que sur le service public, doivent cesser.

    Il en est de même de «l'américanisation» de notre langue et de sa disparition petit à petit de l'espace public au profit du "globbish".

  • Doublement des bourses. Beaucoup d'étudiants sont obligés de vendre leur force de travail dans des conditions désastreuses et d'aller à la soupe populaire, appelée aujourd'hui « Restos du coeur », pour survivre, et la proportion d'enfants d'ouvriers ayant accès aux études supérieures est en diminution depuis plusieurs années.

 

 

La suite des propositions :

• http://jrcf.over-blog.org/2017/03/propositions-pour-la-jeunesse-logement.html

• http://jrcf.over-blog.org/2017/03/propositions-pour-la-jeunesse.html

• http://jrcf.over-blog.org/2017/03/propositions-pour-la-jeunesse-education.html

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article